Mesure du bruit

La mesure du bruit autour des aéroports de Paris

Le bruit est une préoccupation majeure pour les riverains d’un aéroport comme pour tous les acteurs du transport aérien : les compagnies, l’aviation civile et les gestionnaires d’aéroports. Le progrès technologique des avionneurs et des motoristes ainsi que les nouvelles procédures d’exploitation aérienne ont permis de réduire les nuisances sonores.

Quel est le contexte réglementaire ?  

L’État nous a confié plusieurs missions précises :

  • Nous devons assurer la mesure et la surveillance du bruit (décret n° 2005-828 du 20/07/05, art 26) et informer les riverains et les collectivités locales.
  • Nous gérons les aides financières à l’insonorisation qui permettent aux riverains d’isoler leurs logements contre le bruit.
  • Nous assurons le secrétariat des Commissions consultatives de l’environnement (CCE) qui rendent notamment un avis sur les projets de plan d’exposition aux bruit (PEB) ainsi que des commissions consultatives d’aides aux riverains (CCAR) qui rendent un avis conforme sur les aides à l’insonorisation attribuées.

Comment mesurons-nous le bruit ?  

Un important dispositif de surveillance a été déployé autour des aéroports franciliens : quarante-quatre stations de mesure permettent de surveiller le bruit des avions, principalement autour des aéroports Paris-Orly, Paris-Charles de Gaulle et Paris-Le Bourget. Les niveaux sonores mesurés sont corrélés aux trajectoires des avions, ce qui permet d’identifier la source du bruit et l’analyse des niveaux sonores par type d’avion.

Les résultats de mesure sont publiés chaque mois et adressés à l’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (Acnusa) et à la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC). Ils sont accessibles au public et disponibles sur ce site.

Si le trafic de Paris-Orly est plafonné en nombre de mouvements (250 000 créneaux par an), celui de Paris-Charles de Gaulle est limité selon un système de quota de bruit (plafonnement du bruit) : l'indicateur global mesuré et pondéré (IGMP). L’IGMP est calculé chaque année conformément à l'arrêté du 28 janvier 2003. 

Cartographie du bruit

Nous réalisons des cartes de bruit, pour le compte de la Direction générale de l’Aviation civile, afin de traduire l’impact sonore au sol du trafic aérien autour d’un aéroport. Ces cartes ont plusieurs objectifs :

  • limiter l’urbanisme autour des aéroports (plan d’exposition au bruit – PEB) ;
  • définir les logements et les établissements pouvant bénéficier des aides à l’insonorisation  (plan de gêne sonore – PGS);
  • Suivre chaque année l’évolution de l’impact sonore (courbes d’environnement sonore – CES)

Visualiser les trajectoires d’avion avec Vitrail

Installé dans les Maisons de l’environnement et du développement durable, Vitrail permet la visualisation en léger différé des trajectoires d’avions ainsi que des données de mesure du bruit des avions au niveau des stations de mesure. Cet outil est également mis à la disposition du public et est accessible par tous.

Restons en contact

Suivez l’actualité des projets, travaux et événements proches de chez vous grâce à la newsletter