05/04/22 Actualité

Premiers vols d’un e-VTOL piloté à Pontoise-Cormeilles

C'est une première en France ! Le 21 mars dernier débutait la semaine de tests en vol piloté du e-VTOL (Vertical Take-Off and Landing) de Volocopter sur la zone expérimentale dédiée de l'aérodrome de Pontoise Cormeilles-en-Vexin. Retour sur les expérimentations de cet engin volant, à mi-chemin entre un drone et un hélicoptère, qui ancre dans le présent la mobilité aérienne décarbonée du futur.

Vol d'un e-VTOL à Pontoise-Cormeilles  ©Arnaud GAULUPAUD

Vol d'un e-VTOL à Pontoise-Cormeilles ©Arnaud GAULUPAUD

Toutes les conditions étaient réunies pour que cette semaine du 21 mars 2022 entre dans les annales du transport aérien. Le e-VTOL, aux commandes de Paul Stone, pilote d’essai de Volocopter, s’est envolé dans le ciel bleu de l’aérodrome de Pontoise Cormeilles-en-Vexin. Il a atteint une cinquantaine de mètres d’altitude en montant à la verticale avant de réaliser plusieurs aller-retours à proximité du hangar réaménagé qui sert de zone collaborative de tests.

Un programme de tests complet

Pendant toute la semaine, les équipes du Groupe ADP de Paris-Le Bourget et des aérodromes d’aviation générale, ont déroulé un programme autour des tests qui ont été réalisés avec Groupe RATP, le Centre français de recherche aérospatiale (ONERA), BruitParif, la direction générale de l’Aviation civile (DGAC) et le soutien de la Région Île-de-France. Les objectifs étaient de mesurer et modéliser l’impact acoustique et vibratoire des e-VTOL et travailler sur l’intégration de cette nouvelle mobilité dans l’espace aérien. Jusqu’à 6 vols par jour ont été effectués sur 4 jours. 25 micros installés à différents endroits et hauteurs ont été survolés pour mesurer la signature sonore de l’aéronef selon différentes configurations.

65

Décibels en statique et 75 en déplacement, son empreinte sonore est beaucoup plus faible que les hélicoptères ou les avions légers conventionnels.

Un futur qui se dessine aujourd’hui

Ces vols s’inscrivent dans une campagne de tests qui s’étale sur plusieurs mois et pendant laquelle seront testées les infrastructures, les performances des véhicules, les mécaniques de recharge des batteries, la maintenance mais aussi les opérations passagers et la réglementation. Il faudra aussi se pencher sur l’intégration de ces e-VTOL en ville et en dehors du transfert urbain, tester et accompagner un panorama complet de cas d’usages comme le transport d’urgence, la livraison de matériel médical, ainsi que la livraison du dernier kilomètre dans les zones difficilement accessibles. Pour les Jeux Olympiques de 2024, deux lignes expérimentales devraient être mises en service pour rejoindre la capitale.

Infolettre Entre voisins

Suivez l’actualité des projets, travaux et événements proches de chez vous grâce à notre infolettre.

Infolettre avril 2022