Pourquoi les avions font-ils parfois du bruit à l’arrêt ?

Les moteurs principaux d’un avion sont coupés dès son arrivée sur son point de stationnement. Le pilote peut néanmoins être amené à démarrer l’APU (Auxilaire Power Unique) de son appareil pour une période plus ou moins longue, un moteur auxiliaire assez bruyant et polluant, alimenté en kérosène. C’est son utilisation qui est à l’origine du sifflement caractéristique que vous avez probablement déjà entendu sur les aéroports !

L’APU est un petit turboréacteur embarqué, situé en général à l’arrière du fuselage, qui permet à l’avion d’être autonome en air lorsqu’il est en escale (compresseur haute pression) et en électricité (génératrice courant alternatif 115 V 400 Hz).

Il sert notamment à :

  • fournir de l’air au sol pour la mise en route des réacteurs de l’avion et pour son système de climatisation, et de l’énergie électrique pour le fonctionnement de ses appareils embarqués
  • conditionner l’air en soulageant les moteurs lorsque des performances optimales sont requises au décollage
  • secourir l’appareil en énergie électrique et en conditionnement de l’air en vol, en cas de besoin

L’APU peut être substitué au sol par deux types d’appareils : l’un fournit de l’électricité, l’autre chauffe ou climatise l’avion

Les appareils qui fournissent de l’électricité

  • L’alimentation de l’aéronef en électricité peut être effectuée par des moyens de substitution fixes appelés « prises 400 Hz ». Ces réseaux de câbles électriques intégrés aux passerelles d’embarquement, ou positionnés dans des galeries techniques enfouies dans les chaussées des aires de stationnement, fournissent une énergie plus propre et ne produisent pas de bruit par rapport à un APU.
  • D’autres dispositifs mobiles, tels que les groupes électriques GPU (Ground Power Unit) qui fonctionnent au carburant, permettent également de fournir l’énergie nécessaire au fonctionnement des avions au sol, stationnés au large notamment.

GPU déployé et branché à un aéronef

Les appareils qui climatisent ou chauffent l’avion

  • La climatisation et le chauffage peuvent être assurés par le PCA (Pre-Conditioned Air), intégré dans les passerelles ou positionné en sous-sol, qui est aussi une alternative à l’utilisation de l’APU.
  • L’ACU (Air Conditioning Unit), générateur mobile d’air chaud basse pression, permet quant à lui de réchauffer la cabine par prélèvement d’air directement sur les moteurs tournants.

Prises PCA et 400 Hz déployées et branchées à un A380

La diminution des émissions des APU, polluants et gourmands en carburant, est l’un des objectifs du Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) de la région Ile-de-France pour la période 2017-2020.

Aujourd’hui, nous nous inscrivons pleinement dans cette démarche : 100% des postes de parking au contact de nos aérogares sont équipés de prises 400 Hz pour alimenter les avions à Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly. Nous poursuivons aussi le développement progressif notre réseau de prises 400 Hz sur les aires de stationnement au large. Et dans le même temps, nous travaillons au verdissement des engins d’assistance en escale en collaboration étroite avec la Chambre syndicale des assistants en escale (CSAE).

Restons en contact

Suivez l’actualité des projets, travaux et événements proches de chez vous grâce à la newsletter